· 

Le coaching pour se former

Au cours d'échanges avec certains professionnels des RH ou du recrutement, je suis surprise de constater que la définition de ce que recouvre le coaching n'est pas toujours partagée, et qu'il est souvent confondu avec de la formation. Un coach est-il perçu comme un formateur ?

Pour être tout-à-fait clair, si le coaching ce n'est pas de le formation, il serait plus exact de dire que ce n'est pas seulement de la formation, et pas dans tous les cas.

Car dans l'entretien de coaching, s'il y a de l'écoute, et même beaucoup d'écoute multiforme (le dit, le non dit, le para verbal...), de la prise de conscience et de la narration de soi, il y a aussi beaucoup d'apprentissages.

Apprentissages en matière de savoir faire, quand le coaché comprend comment mieux communiquer, décider et choisir, adopter la bonne posture face à une situation ; apprentissage en matière de savoir être : mieux se connaître, mieux comprendre les autres, changer son attitude face à certaines situations, c'est une autre facette, le côté développement personnel du coaching.

La mise en évidence des ressources du coaché, que ce soient des compétences utiles professionnellement parlant ou des qualités humaines, est un apprentissage en soi, et le coaché, quand il est amené à faire des liens entre des événements et des compétences ou des comportements et des ressources, développe des savoir-faire et des prises de conscience. On emploie souvent le terme de soft skills, compétences douces, par différence aux compétences techniques propres à un métier particulier.

A proprement parler, on pourrait parler d'un "effet apprentissage" du coaching, plus que d'une façon de se former.

Si une seule séance de coaching peut provoquer une prise de conscience fulgurante, sur la durée, et au fil des séances, la personne va apprendre et ancrer de nouvelles pratiques, de nouveaux comportements, qui font que l'on peut parler alors d'un réel apprentissage.

Alors oui, le coaching c'est aussi une voie de professionnalisation, sur mesure, in time, directe, et issue de l'expérimentation de situations par le coaché. Le coaching intervient à moyen et long terme dans le cadre d'un suivi personnalisé pour l'atteinte d'un objectif quel qu'il soit et pas forcément professionnel, alors que la formation est davantage ponctuelle, ciblée sur un objectif pédagogique.

Si lors d'une formation classique, un stagiaire ne retient que - statistique bien connue - 10% de ce qu’il lit, 20% de ce qu'il entend… et a contrario, 90% de ce qu’il fait et dit (statistique attribuée à Roger Mucchielli), que dire de ce que le coaché retient de ce qu'il vit, expérimente et dont il prend conscience en coaching ? Je ne connais pas de statistique sur ce point, cependant, je pense que le coaching s'inscrit complètement dans la part des 90%, et qu'à ce titre, les apprentissages effectués en coaching ont un taux d'ancrage et de persistance très positif, sans compter la satisfaction personnelle de mettre en oeuvre les solutions que l'on a soi-même mises au jour et définies.

Écrire commentaire

Commentaires: 0